jeudi 28 juillet 2011

POÈME - L'AUTOMNE - LUCIE DELARUE-MARDRUS

 

35425716_p

biche016

L’automne

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou.

C’est un petit arbre tout rouge,
Un, d’une autre couleur encor,
Et puis partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,

Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie DELARUE-MARDRUS

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucie_Delarue-Mardrus

 

ecureuil005ecureuil009

 

dyn007_original_362_231_gif_2614302_0665afddd9e0a031c54175a03d2ddc70

ecureuil023

_cureil_2dac1881

_curueil_cadre_noisette_a3baf66b

 

 

 

35425779_p



patience_perseverance

 

znmul566

a_bientot_bises_iris_marron

SIGNATURE

 

 


POÈME - RÊVE D'AUTOMNE - ALPHONSE DE LAMARTINE

0paksv57_bonjour

 

feuilles_xjfdzdyh

 

plantes_feuilles_tournent_blogplantes_feuilles_20sfeuilles_002sfeuille_002sfeuille_004sfeuille_005plantes_feuilles_tournent_blog

gek85j1041194167

 

 

feuille2

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_de_Lamartine



 

   
Rêve d'automne      
    

      

Salut ! bois couronnés d'un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,
J'aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d'attraits,
C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui
Je me retourne encore et d'un regard d'envie
Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui !

Peut-être l'avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait compris mon âme et m'aurait répondu ? ...

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphyr ;
A la vie, au soleil, ce sont là mes adieux ;
Moi, je meurs et mon âme au moment qu'elle expire,
S'exhale comme un son triste et mélodieux.

Alphonse de Lamartine

 

44293713

drnthfyf 

sc6dzz8y

 

politesse_pinc_e_de_bonheur_418656700_605305

 

5hn6aatr

SIGNATURE